Il paraît que je suis sarcastique... Ca me ferait rire!
People tell me I'm sarcastic... hahaha!

vendredi 4 juillet 2008

Que d'eau!

Lundi après-midi, Internet m'a appris au détour d'un clic que j'étais admissible au concours d'entrée de l'école de journalisme.
Si je n'ai pas préparé ce concours avec l'application qu'il aurait fallu, je l'ai revêtu d'une multitude de symboles et de sens depuis que j'ai commencé à travailler concrétement pour les écrits.
Je m'attendais cependant plus à être déçue que reçue.

La nouvelle de lundi aurait donc en toute logique dû me procurer un ravissement sans faille, me transporter sur un petit nuage, raviver ma rage de vaincre. J'ai effectivement savouré un éphémère mais nécessaire moment de gloire avec des verres et des amies.

Ensuite je suis rentrée, et j'ai cédé au petit picotement dans le nez, j'ai laissé une larme s'échapper dans l'intimité obscure de ma chambre, et cette larme a roulé roulé roulé, voilé mes joues, dormi dans les creux de mon cou, salé mes lèvres, épuisé mes mouchoirs.


Je ne sais pas trop tout ce qui voulait se dire dans mes pleurs. Mon soulagement, sûrement. J'ai finalement peut-être bien fait de rejouer mon adolescence en septembre dernier, et de refuser de suivre une voie logique, tracée, dans laquelle j'aurais pu réussir et qui m'aurait apporté un certain confort.
J'ai sans doute aussi voulu exprimer ma fatigue d'une année pas particulèrement enrichissante intellectuellement, où j'ai beaucoup cherché les miroirs dans lesquels me scruter.
J'ai peut-être aussi liquéfié ma solitude, choisie, subie, je ne sais plus, mais une solitude satisfaisante, cette fois-ci, indépendante, tu ne le dois qu'à toi-même, sois fière de toi ma fille. Et inéluctable: il n'y a personne d'autre qui puisse ressentir ce que je ressens maintenant, même ceux qui se réjouissent pour moi et qui me comprennent n'auront jamais accès à cette mosaïque larmoyante. Quoi qu'on fasse, on est toujours tout seul au plus profond de soi. C'est tant pis, c'est tant mieux, c'est comme ça.
Il y avait sans doute aussi dans mes sanglots une trouille un peu enfouie et qui m'est revenue avec la force d'une gifle. On grandit, on avance, on fait tous notre chemin, mais comment on fait pour être sûr que c'est le bon chemin qu'on prend? Comment on fait pour pas se perdre alors qu'on fait tous des équipes de un et que ça ne sert à rien de semer des cailloux, on ne pas faire demi-tour? Et on va où, exactement? Et vous serez où, après? Et comment on différencie une balise d'un obstacle, comment on reconnaît le danger?
J'ai pleuré aussi cette fuite, pour des raisons que je ne peux que deviner, et ma fuite, parce que je crains d'avoir mal.

Et puis je me suis rendue compte que c'était la première fois depuis des mois et des mois que je pleurais d'émotions, et pas de douleur. Que ma colère avait lâché du lest, que mon coeur pouvait reprendre de la place.
Je me suis endormie.

2 commentaires:

Jp a dit…

Félicitation en tout cas!

liliplum a dit…

Bon, ben faut bien lâcher les vannes de temps en temps, hein! Et non, on n'est pas définitivement seul à l'intérieur...
;)