Il paraît que je suis sarcastique... Ca me ferait rire!
People tell me I'm sarcastic... hahaha!

mardi 21 octobre 2008

Mais c'est à moi, ça!

Mais que se passe-t'il? Sont-ils tous tombés sur la tête...?

Mon bouclier contre le monde hostile qui m'entoure, habituellement, est un subtil mélange d'ironie parfois acide et de grands sourires.

Pourtant, depuis quelques temps et à ma grande stupéfaction, plus rien ne tourne rond.

Rien qu'aujourd'hui, par exemple... Tout était pourtant bien parti pour une bonne journée merdique comme on les aime: réveil une heure en retard, petit-dèj avalé en 5 minutes, cheveux crades toute la matinée, pluie torrentielle au moment de partir cet après-midi.
Mais rien à faire, la conseillère ANPE m'a gentiment expliqué comment magouiller pour être étudiante ET demandeuse d'emploi. Ensuite le chauffeur de bus était particulièrement guilleret et aimable, il s'est même levé de son siège pour donner un mouchoir à quelqu'un au fond du véhicule. Comme si ça ne suffisait pas, les gens de Lampertheim ont répondu à mes questions avec presque une pointe d'enthousiasme, et je suis repartie avec 7 bretzels offerts. Et pour couronner le tout, grâce à une inconnue qui avait raté le bus comme moi, je suis rentrée sur Strasbourg à l'oeil dans un car de ramassage scolaire!

Si j'élargis un peu le spectre spacio-temporel de ces considérations, d'autres événements viennent bousculer ma conception du monde.
Ainsi, dans le tram, une maman au pur look Pimkie slim blanc dans les bottes blanches à lacets, regard creux dans le visage bouffi, coudes sur les genoux écartés et portable au centre de l'attention et de la gravité de l'ensemble. Son mioche joue avec des pokémons pendant que la petite, dans sa poussette, bave sur un carambar probablement plus vieux qu'elle. Soudain, la gamine me voit, me vise, et d'un geste de la main, me propose de m'asseoir sur le siège resté vacant à côté de son frère. Je décline poliment. Le frère, lui, se tourne vers sa mère toujours plongée avec grâce dans ses textos, et demande d'une voix candide: "Maman, quand on donne son âme, ça veut dire qu'on est mort?" Ce à quoi la mère réplique, sèche et résignée: "Je réponds pas à des questions aussi cons!"

A Saverne (mais la même scène a pu être observée à Strasbourg pendant quelques jours), les pompes funebres savent attirer le client:


Le panneau affiche " parce que la vie est déjà assez chère..."

Enfin, en me baladant sur Le Grand BaZART, je suis tombée sur une vidéo de "air sex". C'est comme du "air guitar", sauf qu'on fait pas semblant de jouer de la guitare.

Bon, bilan des courses! Les gens sont devenus serviables et disponibles dans leurs rapports quotidiens. Le monde est devenu ironique au point de laisser des petites lascarettes engendrer des enfants pleins de sagesse, et de pratiquer le sarcasme sur des sujets aussi tabous que la mort et le sexe.

Alors je fais quoi, moi, maintenant qu'on m' a piqué mes jouets??

J'estime que j'ai rempli ma mission sur terre et je deviens une midinette qui pleure devant les téléfilms où les dauphins de l'amour ont mal pendant que Jean-Jacques Goldmann chante une chanson qui me correspond tellement...? Je me sens spoliée et fais un procès-fleuve à la société pour que tout rentre dans l'ordre? Je rentre dans les ordres? Je me fais tatouer? ...?



3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bien écrit, j'adore!

Anonyme a dit…

C'est drôle de voir qu'on s'exaspère tant de la médiocrité de l'Humanité qu'on en arrive à s'étonner de sa bonté...

liliplum a dit…

Ha ha ha! Essaie la drogue.
;p